Il faut combattre spécifiquement le discours de haine à l’encontre des femmes

Advertising campaign by UN Women. Photo © Ogilvy & Mather Dubai

En mai 2013, une campagne menée notamment par « Women, Action and the Media » et « Everyday Sexism Project » a attiré l’attention des citoyens du monde entier sur la question des contenus de médias sociaux qui font l’apologie de la violence à l’encontre des femmes. Ces médias avaient par exemple véhiculé la photographie d’une célèbre chanteuse, le visage ensanglanté et marqué par les coups, accompagnée d’une   légende vantant la brutalité de son compagnon. Cette campagne a poussé Facebook à réagir et à mettre à jour sa politique en matière de discours de haine, qui tient désormais davantage compte d’une forme de discours souvent négligée, le discours de haine dirigé contre les femmes.

Ce discours de haine prolifère, notamment sur internet, et chaque jour voit son lot d’appels à la violence à l’encontre des femmes et de menaces de mort, de sévices sexuels ou de viols.

Le cas le plus fameux est sans doute celui de Malala Yousafzai, une jeune fille pakistanaise, qui, après avoir survécu à une tentative de meurtre perpétrée en raison de sa prise de position en faveur des droits des femmes, a dû faire face à une campagne hostile menée contre elle sur internet. Malala est désormais un symbole de la lutte des femmes partout dans le monde, y compris en Europe. De fait, d’autres affaires récentes nous rappellent à quel point il serait erroné de croire que le discours de haine à l’encontre des femmes n’existe pas en Europe. Lire la suite

Les violences policières – une menace grave pour l’Etat de droit

Dans de nombreux pays européens, les policiers font bien trop souvent un usage excessif de la force contre des manifestants, maltraitent les personnes détenues, ciblent les minorités ou se rendent coupables d’autres manquements. Ces comportements ont pour effet de saper la confiance des citoyens à l’égard de l’Etat, la cohésion sociale et l’efficacité du maintien de l’ordre, laquelle repose sur la coopération entre la police et les populations locales.

Il est difficile de déterminer si les abus policiers sont devenus plus fréquents dans certains pays ou si le problème est aujourd’hui plus visible et mieux identifié. Les manifestations sont aujourd’hui incontestablement plus nombreuses en Europe que par le passé, confrontant les forces de l’ordre à de nouveaux problèmes. En outre, les sociétés européennes sont plus diversifiées et les forces de police tardent parfois à s’adapter à cette diversité. Dans d’autres cas, les dirigeants politiques portent une lourde responsabilité, parce qu’ils ont donné le feu vert aux abus policiers, que ce soit par des ordres directs ou par la stigmatisation de certains groupes.   Lire la suite

L’Europe reste hantée par l’antisémitisme

Mémorial aux juifs d'Europe assassinés - Berlin

Plus de 70 ans après l’Holocauste, l’Europe connaît une montée de l’antisémitisme. Malgré l’absence de statistiques officielles dans de nombreux pays, des recherches montrent qu’une hostilité profondément enracinée continue de menacer la sécurité et la dignité humaine des  juifs dans toute l’Europe.

L’antisémitisme se manifeste aujourd’hui sous des formes « traditionnelles » ou plus « modernes ». Ainsi, il y a un peu plus d’un an, un appel à recenser les juifs représentant « une menace pour la sécurité nationale », lancé lors d’une séance du Parlement hongrois, a ravivé le terrible souvenir des politiques nazies. En décembre, les autorités roumaines ont imposé une amende à une chaîne de télévision publique du pays qui avait diffusé un chant de Noël aux paroles antisémites. Les formes « modernes » d’antisémitisme sont cependant nombreuses, elles aussi. En juillet dernier, Twitter a fourni au parquet de Paris des données pouvant permettre d’identifier les utilisateurs qui avaient posté des messages antisémites sur le réseau social. Les autorités françaises viennent, en outre, de prendre fermement position contre l’incitation à la haine dirigée contre les juifs en condamnant les propos d’un ancien humoriste devenu militant. Dans de nombreux pays européens, les chants et saluts antisémites sont de plus en plus fréquents lors des matchs de football. Lire la suite

Les avortements sélectifs en fonction du sexe sont discriminatoires et doivent être interdits

Les avortements sélectifs de fœtus féminins sont courants en Chine et en Inde, mais aussi dans certaines parties de l’Europe. Cette pratique profondément discriminatoire est due au statut désavantagé de la femme dans la société. Elle doit être combattue vigoureusement et interdite par la législation.

Dans les Etats membres du Conseil de l’Europe, des sexe-ratios biaisés à la naissance sont enregistrés en Arménie, en Azerbaïdjan et en Géorgie, mais aussi dans certains pays des Balkans, surtout en Albanie et dans une moindre mesure au Monténégro, au Kosovo* et dans des régions de « l’ex-République yougoslave de Macédoine ». Ce déséquilibre s’observe également dans certaines communautés immigrées d’Europe occidentale. On s’accorde largement à reconnaître qu’il est dû aux avortements sélectifs de fœtus féminins. Lire la suite

Réfugiés syriens et droits de l’homme : Une Europe passive face à la crise

Strasbourg, 20/12/2013 – La crise des réfugiés syriens, une des plus graves que le monde ait connues récemment,  a lieu aux portes de  l’Europe, mais elle se heurte à l’indifférence de la plupart des gouvernements européens. La Syrie compte près de 4 millions de personnes déplacées, et quelque 3 millions de Syriens ont quitté le pays depuis le début du conflit. La grande majorité des réfugiés bénéficient de l’hospitalité des pays voisins, dont la Turquie, qui supportent le fardeau de cette crise humanitaire. Pour ce qui est du reste de l’Europe, les réactions se sont limitées jusqu’à présent à apporter une aide humanitaire à certains de ces pays. Mais quand il s’agit de recevoir des réfugiés, l’Europe se montre beaucoup moins généreuse et, souvent, peu empressée de respecter ses obligations en matière de droits de l’homme.

J’ai constaté personnellement l’étendue de la crise et les multiples problèmes qu’elle pose à l’Europe au cours de la dernière semaine que j’ai passée à visiter les camps et centres de réfugiés syriens en Turquie, en Bulgarie et en Allemagne. Plus de la moitié des réfugiés qui fuient la Syrie sont des enfants, dont la majorité est âgée de moins de 12 ans. Plusieurs milliers d’entre eux sont non accompagnés ou isolés ; souvent, ils ne sont pas enregistrés et risquent de devenir apatrides. On estime que, sur plus du million d’enfants en âge scolaire réfugiés dans les pays voisins de la Syrie, plus de la moitié se voient privés de leur droit à l’éducation. Bien qu’ils soient nombreux à vouloir étudier, la pénurie de ressources les empêche d’entamer ou de reprendre une scolarité.   Lire la suite

Le développement de la surveillance secrète menace les droits de l’homme

Shutterstock.com

La peur du terrorisme, les progrès technologiques fulgurants, des entreprises privées et des agences de sécurité gouvernementales qui collectent des données personnelles : autant de tendances actuelles qui menacent sérieusement le droit au respect de la vie privée. En dépit des intentions, la surveillance secrète destinée à lutter contre le terrorisme peut détruire la démocratie au lieu de la défendre. Lire la suite

Toute décision concernant un enfant migrant doit être fondée sur son intérêt supérieur

Photo : Conseil de l’Europe

 

Les enfants migrants sont particulièrement vulnérables, surtout s’ils ne sont accompagnés ni de leurs parents ni d’autres membres adultes de leur famille. Beaucoup ont subi des traumatismes et des abus avant d’arriver en Europe. Il faut les traiter avec ménagement et respecter leurs droits. Or, c’est loin d’être toujours le cas. Lire la suite

Il est temps d’établir les responsabilités dans les cas de torture par la CIA

Photo : Conseil de l’Europe

 

Strasbourg, 11/9/2013 – Il y a douze ans, près de trois mille personnes ont péri dans les attentats terroristes perpétrés à New York et Washington. Les commémorations de ce drame sont l’occasion de rendre hommage aux victimes innocentes, mais aussi de réfléchir aux mesures de lutte contre le terrorisme adoptées par les États-Unis et l’Europe. Au nom de cette lutte ont en effet été autorisées des détentions illégales et des techniques d’interrogatoire assimilables à des actes de torture, de telle sorte que la réaction aux attentats a elle-même causé de nouvelles souffrances et des violations des droits de l’homme. Lire la suite

Le travail des enfants n’a pas disparu en Europe

photo © 2013 Volunteer Weekly

Nombre d’observateurs pensaient que le travail des enfants avait totalement disparu en Europe. Toutefois, plusieurs éléments semblent indiquer clairement que le travail des enfants reste un problème grave et qu’il pourrait même se développer sous l’effet de la crise économique. Les gouvernements doivent surveiller la situation et s’inspirer de la Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies et de la Charte sociale européenne pour concevoir des mesures préventives et correctives.

Les personnes vulnérables sont toujours touchées de manière disproportionnée en période de difficultés économiques. Il n’est donc pas étonnant que le ralentissement de la croissance se traduise par une augmentation du travail des enfants. La récession a conduit de nombreux pays européens à réduire de manière drastique le budget de l’aide sociale. Face à la montée du chômage, bien des familles ne trouvent plus d’autre solution que de faire travailler leurs enfants. Lire la suite

Il faut que vienne enfin le temps de la justice et de la réconciliation dans les Balkans

Photo : Conseil de l’Europe

Plus de 20 ans après la première guerre liée au démantèlement de la Yougoslavie, toute la région continue de souffrir des séquelles laissées par les violences passées. Ainsi, 12 200 personnes sont toujours portées disparues, 423 000 réfugiés et déplacés ne peuvent toujours pas retourner chez eux, environ 20 000 personnes sont apatrides ou risquent de le devenir et au moins 20 000 femmes ayant subi des violences sexuelles pendant les conflits auraient besoin de davantage de soutien.

Toutes ces séquelles, auxquelles s’ajoute l’impunité des crimes commis en temps de guerre, entravent la réconciliation et mettent en péril la pleine jouissance des droits de l’homme, la démocratie et l’Etat de droit. Lire la suite