Protéger les droits des femmes pendant la crise

Les femmes et les hommes ne sont pas égaux face à la crise économique. La crise, et les mesures d’austérité qu’elle a entraînées, ont frappé les femmes de manière disproportionnée et compromis les progrès déjà réalisés en ce qui concerne la jouissance des droits de l’homme par les femmes. Pour enrayer cette tendance et l’inverser, il est nécessaire d’adopter des mesures qui tiennent compte de considérations de genre.

Augmentation de la pauvreté des femmes

Dans la plupart des pays touchés par la crise économique s’observe une féminisation croissante de la pauvreté. Une étude menée en 2013 sur l’accès aux banques alimentaires en France a révélé que les premiers bénéficiaires étaient les femmes de 26 à 50 ans avec au moins un enfant. Ce constat témoigne de la vulnérabilité des familles monoparentales, mais aussi de l’inégalité des femmes et des hommes face à la crise. En Europe, il y a en moyenne 7 fois plus de mères célibataires que de pères célibataires. En outre, ainsi que l’a indiqué Eurostat, les femmes seules de plus de 65 ans sont exposées à un risque de pauvreté bien plus élevé que les hommes seuls du même âge. Lire la suite

La crise menace les droits de l’homme des jeunes

Les jeunes figurent parmi les groupes les plus durement frappés par la crise économique en Europe. Le chômage des jeunes est en effet un fléau commun à de nombreux pays qui appliquent des mesures d’austérité. Cela dit, il n’y a pas que les droits sociaux et économiques des jeunes qui soient menacés, mais aussi leur droit à l’égalité de traitement et leur droit à la participation, ainsi que leur place dans la société et, plus largement, en Europe. Face à un chômage chronique, beaucoup de jeunes cessent d’espérer un avenir meilleur dans leur pays, de faire confiance à la classe politique et de croire en l’Europe. Ces jeunes sont les grands oubliés des débats sur la crise ; il est grand temps de prendre en compte leurs difficultés en adoptant une approche fondée sur les droits.

Chômage des jeunes et normes du travail

En mars 2014, le taux de chômage des jeunes (de moins de 25 ans) s’établissait à 22,8 % dans les 28 Etats membres du Conseil de l’Europe qui sont aussi membres de l’Union européenne. Les taux les plus élevés s’observaient en Grèce (56,8 %), en Espagne (53,9 %) et en Croatie (49,0 %). Le taux de chômage des jeunes dans l’UE représentait plus du double du taux moyen général (10,5 %). Dans les pays européens non membres de l’UE, le chômage des jeunes dépassait en 2013 la barre des 50 % en Bosnie-Herzégovine, en Serbie et dans « l’ex-République yougoslave de Macédoine », selon les chiffres de l’OIT.

Lire la suite

Un garçon, une fille ou une personne – la reconnaissance des personnes intersexes est insuffisante en Europe

Le 1er mars, Clayton Morris, présentateur sur la chaîne de télévision américaine Fox News, a dû s’excuser d’avoir fait des commentaires « bêtes et stupides » au sujet de la possibilité désormais offerte aux utilisateurs de Facebook de se définir comme intersexe sur leur profil. Le présentateur avait tourné en dérision l’initiative du réseau social et, au cours de la même émission, le terme « intersexe » avait fait l’objet de propos dénigrants. Cette affaire illustre les préjugés et l’ignorance qui entourent la réalité vécue par les personnes dont il est difficile de dire, à la naissance, si elles sont de sexe masculin ou féminin. La plupart des pays du monde continuent de négliger ce qui est pourtant un problème de droits de l’homme et les personnes intersexes restent ainsi invisibles pour la population majoritaire.

La Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, célébrée le 17 mai, vise aussi à dénoncer la discrimination et les préjugés dont les personnes intersexes font l’objet. Le terme « intersexe » a remplacé le terme « hermaphrodite », largement utilisé par les médecins aux XVIIIe et XIXe siècles. Pour répondre aux attentes sociales, il faut être un garçon ou une fille à la naissance, puis un homme ou une femme à l’âge adulte ; ces attentes sont à l’origine des problèmes rencontrés par les personnes intersexes. De manière générale, la société a besoin de faire référence au sexe d’une personne pour la reconnaître. Or, une personne intersexe présente des caractéristiques chromosomiques, anatomiques ou gonadiques des deux sexes. C’est pourquoi les personnes intersexes se heurtent à des obstacles considérables dans l’exercice de leurs droits de l’homme. Lire la suite

Protéger les droits des enfants dans le monde numérique : un défi croissant

La plupart des adolescents passent beaucoup de temps sur internet, en particulier sur les réseaux sociaux, qui sont devenus un moyen de socialisation majeur. Le développement de l’accès à internet ouvre aux enfants des possibilités quasi illimitées de consulter des contenus et d’exercer leurs droits, dont le droit de recevoir et de communiquer des informations. Cependant, ces avantages vont de pair avec un risque croissant de violation des droits des enfants.

Les droits des enfants sont exposés à de multiples menaces

Des atteintes risquent d’être portées notamment à la vie privée des enfants. En effet, nombre d’adolescents diffusent sur les réseaux sociaux des photos et bien d’autres données à caractère personnel, qui peuvent rester en ligne durant de longues périodes. Or, ces informations risquent de leur être préjudiciables plus tard, si elles sont utilisées par des établissements d’enseignement, voire des employeurs potentiels. Le profilage et la conservation de données concernant les activités des enfants sur internet, pratiqués à des fins commerciales, comportent aussi des risques d’atteinte à la vie privée, auxquels les enfants ne sont guère sensibilisés. Lire la suite

Il faut combattre spécifiquement le discours de haine à l’encontre des femmes

Advertising campaign by UN Women. Photo © Ogilvy & Mather Dubai

En mai 2013, une campagne menée notamment par « Women, Action and the Media » et « Everyday Sexism Project » a attiré l’attention des citoyens du monde entier sur la question des contenus de médias sociaux qui font l’apologie de la violence à l’encontre des femmes. Ces médias avaient par exemple véhiculé la photographie d’une célèbre chanteuse, le visage ensanglanté et marqué par les coups, accompagnée d’une   légende vantant la brutalité de son compagnon. Cette campagne a poussé Facebook à réagir et à mettre à jour sa politique en matière de discours de haine, qui tient désormais davantage compte d’une forme de discours souvent négligée, le discours de haine dirigé contre les femmes.

Ce discours de haine prolifère, notamment sur internet, et chaque jour voit son lot d’appels à la violence à l’encontre des femmes et de menaces de mort, de sévices sexuels ou de viols.

Le cas le plus fameux est sans doute celui de Malala Yousafzai, une jeune fille pakistanaise, qui, après avoir survécu à une tentative de meurtre perpétrée en raison de sa prise de position en faveur des droits des femmes, a dû faire face à une campagne hostile menée contre elle sur internet. Malala est désormais un symbole de la lutte des femmes partout dans le monde, y compris en Europe. De fait, d’autres affaires récentes nous rappellent à quel point il serait erroné de croire que le discours de haine à l’encontre des femmes n’existe pas en Europe. Lire la suite

Les violences policières – une menace grave pour l’Etat de droit

Dans de nombreux pays européens, les policiers font bien trop souvent un usage excessif de la force contre des manifestants, maltraitent les personnes détenues, ciblent les minorités ou se rendent coupables d’autres manquements. Ces comportements ont pour effet de saper la confiance des citoyens à l’égard de l’Etat, la cohésion sociale et l’efficacité du maintien de l’ordre, laquelle repose sur la coopération entre la police et les populations locales.

Il est difficile de déterminer si les abus policiers sont devenus plus fréquents dans certains pays ou si le problème est aujourd’hui plus visible et mieux identifié. Les manifestations sont aujourd’hui incontestablement plus nombreuses en Europe que par le passé, confrontant les forces de l’ordre à de nouveaux problèmes. En outre, les sociétés européennes sont plus diversifiées et les forces de police tardent parfois à s’adapter à cette diversité. Dans d’autres cas, les dirigeants politiques portent une lourde responsabilité, parce qu’ils ont donné le feu vert aux abus policiers, que ce soit par des ordres directs ou par la stigmatisation de certains groupes.   Lire la suite

L’Europe reste hantée par l’antisémitisme

Mémorial aux juifs d'Europe assassinés - Berlin

Plus de 70 ans après l’Holocauste, l’Europe connaît une montée de l’antisémitisme. Malgré l’absence de statistiques officielles dans de nombreux pays, des recherches montrent qu’une hostilité profondément enracinée continue de menacer la sécurité et la dignité humaine des  juifs dans toute l’Europe.

L’antisémitisme se manifeste aujourd’hui sous des formes « traditionnelles » ou plus « modernes ». Ainsi, il y a un peu plus d’un an, un appel à recenser les juifs représentant « une menace pour la sécurité nationale », lancé lors d’une séance du Parlement hongrois, a ravivé le terrible souvenir des politiques nazies. En décembre, les autorités roumaines ont imposé une amende à une chaîne de télévision publique du pays qui avait diffusé un chant de Noël aux paroles antisémites. Les formes « modernes » d’antisémitisme sont cependant nombreuses, elles aussi. En juillet dernier, Twitter a fourni au parquet de Paris des données pouvant permettre d’identifier les utilisateurs qui avaient posté des messages antisémites sur le réseau social. Les autorités françaises viennent, en outre, de prendre fermement position contre l’incitation à la haine dirigée contre les juifs en condamnant les propos d’un ancien humoriste devenu militant. Dans de nombreux pays européens, les chants et saluts antisémites sont de plus en plus fréquents lors des matchs de football. Lire la suite

Les avortements sélectifs en fonction du sexe sont discriminatoires et doivent être interdits

Les avortements sélectifs de fœtus féminins sont courants en Chine et en Inde, mais aussi dans certaines parties de l’Europe. Cette pratique profondément discriminatoire est due au statut désavantagé de la femme dans la société. Elle doit être combattue vigoureusement et interdite par la législation.

Dans les Etats membres du Conseil de l’Europe, des sexe-ratios biaisés à la naissance sont enregistrés en Arménie, en Azerbaïdjan et en Géorgie, mais aussi dans certains pays des Balkans, surtout en Albanie et dans une moindre mesure au Monténégro, au Kosovo* et dans des régions de « l’ex-République yougoslave de Macédoine ». Ce déséquilibre s’observe également dans certaines communautés immigrées d’Europe occidentale. On s’accorde largement à reconnaître qu’il est dû aux avortements sélectifs de fœtus féminins. Lire la suite

Réfugiés syriens et droits de l’homme : Une Europe passive face à la crise

Strasbourg, 20/12/2013 – La crise des réfugiés syriens, une des plus graves que le monde ait connues récemment,  a lieu aux portes de  l’Europe, mais elle se heurte à l’indifférence de la plupart des gouvernements européens. La Syrie compte près de 4 millions de personnes déplacées, et quelque 3 millions de Syriens ont quitté le pays depuis le début du conflit. La grande majorité des réfugiés bénéficient de l’hospitalité des pays voisins, dont la Turquie, qui supportent le fardeau de cette crise humanitaire. Pour ce qui est du reste de l’Europe, les réactions se sont limitées jusqu’à présent à apporter une aide humanitaire à certains de ces pays. Mais quand il s’agit de recevoir des réfugiés, l’Europe se montre beaucoup moins généreuse et, souvent, peu empressée de respecter ses obligations en matière de droits de l’homme.

J’ai constaté personnellement l’étendue de la crise et les multiples problèmes qu’elle pose à l’Europe au cours de la dernière semaine que j’ai passée à visiter les camps et centres de réfugiés syriens en Turquie, en Bulgarie et en Allemagne. Plus de la moitié des réfugiés qui fuient la Syrie sont des enfants, dont la majorité est âgée de moins de 12 ans. Plusieurs milliers d’entre eux sont non accompagnés ou isolés ; souvent, ils ne sont pas enregistrés et risquent de devenir apatrides. On estime que, sur plus du million d’enfants en âge scolaire réfugiés dans les pays voisins de la Syrie, plus de la moitié se voient privés de leur droit à l’éducation. Bien qu’ils soient nombreux à vouloir étudier, la pénurie de ressources les empêche d’entamer ou de reprendre une scolarité.   Lire la suite

Le développement de la surveillance secrète menace les droits de l’homme

Shutterstock.com

La peur du terrorisme, les progrès technologiques fulgurants, des entreprises privées et des agences de sécurité gouvernementales qui collectent des données personnelles : autant de tendances actuelles qui menacent sérieusement le droit au respect de la vie privée. En dépit des intentions, la surveillance secrète destinée à lutter contre le terrorisme peut détruire la démocratie au lieu de la défendre. Lire la suite